La mer s’en fout

La mer se fout de tout, de ton compte en banque et de tes sous, elle te giffle quand même, elle te noie sans titre gracieux elle ne croit pas en Dieu. La mer elle s’en balance de tout. Elle s’élance à t’en briser les genoux. qu’ils privatisent les bords de plages en pensant possible de mettre la mer en cage, posséder de petits morceaux, dévaster les coraux, la mer elle avale tout. Il y a des fous qui achètent des iles au cas où, pour passer des vacances sans tabous, la mer, elle, elle s’en fou. Des braves gens qui foutent le camp, fuyant la mort et la misère, en espérant rejoindre une autre terre, mais la mer elle s’en fou, dans la mer on se noie et puis c’est tout. Il y en a qui savent bien nager, qui connaissent bien ils l’ont déjà traversé. Mais la mer n’en a rien a faire. La mer ne fait rien pour plaire. Elle va et vient, l’obsédée, elle ne fait que se marrer. La mer s’en fout de tout, la mer s’en fout et puis c’est tout.