C’est dingue

Il y avait ce type l’autre jour qui m’a offert un verre de tequila, c’était après que je sois venu le voir les mains pleines de sang parce que je venais de me casser la gueule dans le seul trou dispo à ce moment là. Le mec à pris ca comme un signe de l’existence, la providence d’une rencontre incroyable. En vrai il se faisait hyper chier avec sa bande de potos alcolo, du coup il m’a filé un verre après que j’ai pu rincer mes mains et nettoyer mes plaies. Vu que les tables des bars voisins étaient bondées et que j’avais fais la queue 30 minutes pour choper un demi 1 heure avant, j’ai tout de suite accepté qu’il me file son verre. Le type de loin paraissait quelcquonque, et c’est bien pour ça que je me suis adressé à lui au départ. De près par contre, le type avait une tête de psychopathe, des allures de psychopathe, des mots de psychopathe, peut être alors était-il psycho quelquechose. « Je t’ai vu passé tout à l’heure et hop t’es là, c’est dingue hein, c’est dingue. JE LE SAVAIS HEIN JE LE SAVAIS, hop t’es là c’est dingue hein c’est dingue. » Le mec répétait les trucs en boucles, mots limité à quelques uns, boucles à l’infinie, et il faut dire, c’était perturbant, je voulais lui répondre oui je sais tu viens de le dire dejà 10 fois, la 11eme fois est dejà beaucoup trop de trop, mais lorsque les gens sont bien élevés, ils la ferme et regarde les autres avec un large sourire mi-niais faux-cul mi-mal a l’aise soumis, exprimant leur désarrois par des expressions d’empathie compatissante et d’étonnement enjoué, et subisse le suplice en espérant que ca passe vite. Après ça j’ai réussi à choper deux autres verre de tequila et une bière. Chacun son profit. Je ne sais pas pourquoi je suis resté, hormis le fait de boire à l’oeil et de connaître les tips du coin, qui n’avait rien de bons plans d’ailleurs. Finalement le type certes un peu limité et psychopathe, n’était pas méchant, et devenait presque marrant après le troisième verre, presque. Son pote bourré par contre tena a me montrer sa bite, histoire j’imagine de montrer sa bite a quelqu’un d’autre qu’a ces collegues défoncés, bite qui d’ailleurs n’était qu’une bite. Bof. Des exhib j’en vois depuis que le petit romain de 4 ans dans la cour de la maternelle exposa fièrement son engin hors de son slip tortue ninga. La misère sexuelle masculine est une misère réelle, une misère du regard, une misère de l’interêt. A en croire ce que l’on peut en penser quand on la voit comme ca, la bite c’est surfait aujourd’hui. C’est dingue hein, c’est dingue. Bref, Le type tanguait tellement que j’ai cru qu’il allait s’éclater les testicules au sol. En fin de compte ce n’est pas arrivé, mais ca aurait été tout de même drôle.