Alain et les femmes

Alain et les femmes

Le lundi 24 juin 2019, j’ai pris un blablacar avec Alain parce qu’il tombait bien au niveau des horaires et parce qu’Alain avait l’air d’avoir une bonne côte sur le site. À son actif il avait réalisé 133 trajets, il avait une très bonne note et des commentaires de passagers ravis. Bonne discussion, bonne conduite. Alain est venu me chercher à la station Total. Petit gars, la cinquentaine, polo très près du corps, un corps qui semblait d’ailleurs quelcquonque. Chauve, il avait un visage sans harmonie, mais semblait s’entretenir malgré tout en salle de sport. Enfin, ça c’est ce qu’il me confia peu de temps après être monté dans sa voiture. D’abord on entamma la conversation sur le bitume, prêts à partir. Alain me parla longtemps de son célibat, de ses multiples conquêtes féminines, qu’il considérait vainement vouées à l’échec à cause de son travail de chirurgien esthétique. Il me détailla ses relations ; une telle trop ennuyeuse, une autre trop accros à lui, une autre encore trop accros à son fric. Il s’arrêta d’ailleurs sur ce sujet un long moment : les femmes et l’argent, m’avouant la difficulté pour lui d’entretenir une relation honnête, réciproque et durable car « les femmes elles aiment trop le fric » et ainsi elles en veulent majoritairement à son pognon. Il y a peu, Il s’était inscrit sur Meetic, espérant rencontrer une femme, la sienne, préférant les jeunes, 20 ans c’est le bon âge me disait-il. Argumentant sur la fraîcheur féminine et aussi comme quoi il aimait danser, faire des activités et passé 30 piges, les nanas ne veulent plus bouger, sont fatiguées de tout. Il m’expliqua alors la complexité de ses relations sociales, la difficulté pour lui d’avouer son métier sans attiser chez autrui la jalousie, la cupidité ou l’envie. Il était donc seul dans sa grande baraque au bord de l’eau, silencieuse et vide. Son souhait, des enfants. Deux enfants. Une femme jeune, jeune pour prendre soin de lui quand lui sera vieux. Une femme qui ira faire ses courses, qui lui fera à manger. Une femme qui l’accompagnera et qu’il entretiendra en retour. Parce que les femmes qui ont déjà de l’argent, c’est chiant et ennuyeux et il faut dire, ça fait toujours la gueule. Il exerçait à Marseille et à Lyon et manifestait un intérêt certain pour les rencontres via blablacar. Il faut aussi dire qu’Alain réalisait toutes les semaines le même trajet et qu’il ne voyait sinon personne. En tant que Chirurgien esthétique, Alain s’occupait entre autre de nez et seins disgracieux, de liposucion, lifting en tout genre. Il transportait dans son coffre un laser à cet effet, un petit miracle de la chirurgie permettant de retendre les chairs bien comme il faut. Il me montra une photo de nibards réhaussés, photo avant/après à l’appui. Il me racconta l’histoire d’une telle qui était bien emmerdée avec sa paire de nichons ratée made in tunisia qu’il a fallu refaire, et aussi l’histoire de l’autre femme un peu bizarre qui voulait se faire intégrer un sexe masculin dans son vagin. Il était croyant et parfois outré par les demandes insolites de ses patientes. Il s’ennuyait des ventres plats et des fesses rondes. Il s’ennuyait des bimbos. Il en avait vu défiler à sa porte, des tas de nanas refaite avec tout ce qu’il faut là où il faut. Mais à chaque fois Alain finissait par réaliser la stérilité de ces relations avec pour seule épaisseur la consistance de leur plastique de rêve, sans douceur aucune. car les femmes aujourd’hui son difficile pensait-il et ainsi il était difficile de trouver une femme douce pour Alain.